ABCO

L’Activité Biochimique Cellulaire Optimale (ABCO) : Un outil de prévention majeur des maladies.

La plupart des opérateurs du secteur médical développent des molécules permettant la prise en charge des maladies. L’Institut Pierre Delbet, quant-à-lui, développe des stratégies alimentaires qui permettent d’assurer leur prévention grâce à la technologie cellulaire. En effet, quand l’activité biochimique cellulaire est optimale, les cellules exercent leur savoir-faire en matière de santé et la maladie devient l’exception et non plus la règle.
Par exemple, on considère que l’ostéoporose est une maladie de la vieillesse. Il est donc normal, quand on vieillit, de passer par la case ostéoporose, et de prendre un traitement contre cette maladie.

En Cellulogie, on ne considère pas l’ostéoporose comme une maladie de l’âge, mais de l’alimentation. En favorisant l’ABCO, on assure donc une prévention de l’ostéoporose, quel que soit l’âge. La consommation de médicaments anti-ostéoporotique devient donc inutile, et les conséquences personnelles, physiques, familiales, et économiques de l’ostéoporose disparaissent puisque la maladie n’existe pas.

Cette approche fondamentale de la santé par la technologie cellulaire a des conséquences importante et mesurable. L’absence d’ostéoporose, pour reprendre cet exemple, c’est l’absence de douleurs osseuses, de modifications physiques, de tassements et de déformation vertébrale avec ses conséquences digestives et respiratoires, de perte d'autonomie nécessitant dans certains cas le placement en établissement gériatrique, de répercussions psychologiques, de désocialisation, de pénibilité des actes de la vie de tous les jours, de position voûtée. C’est également l’absence de fracture du col du fémur avec ses complications post opératoires, escarres, phlébites, embolies, infections, fonte musculaire, absence de consolidation, problèmes vasculaires, rejet de prothèse, luxation... C’est également l’absence de réaménagement du domicile afin de faciliter l'autonomie, installation d’un fauteuil monte-escalier, d’une douche plutôt que d’une baignoire, de barres d'appui, de la création d'espace pour manœuvrer un déambulateur… Je concluerai cette liste non exhaustive par la fracture du poignet droit pour un droitier, ou gauche pour un gaucher, et ses limitations des gestes de la vie quotidienne, les effets secondaires importants liés à l’usage des traitements médicamenteux, et les frais financiers directs et indirects générés par cette maladie… Sachant que dans l’année qui suit la pose d’une prothèse de hanche, entre 10 et 20 % des personnes décèdent, 40 % ont besoin d’une aide à la marche, 75 % ne sont plus autonomes, et 95 % éprouvent des difficultés à monter un escalier, il est clairement préférable de ne pas attraper cette maladie plutôt que de la soigner, cette remarque valant bien sûr pour toutes les maladies.

La maladie étant la phase finale d’un ensemble de processus qui se déroulent bien en amont de celle-ci, les recherches de l’Institut Pierre Delbet permettent, en favorisant l’ABCO, de mettre un terme à ces processus. Les causes disparaissant, la maladie ne se déclare donc pas, et l’organisme reste en bonne santé.

Les solutions développées par l'Institut Pierre Delbet permettent à l'organisme de gérer les attaques virales, microbiennes et toxiques, en temps réel, sans emploi de molécules issues de l’industrie pharmaceutique, et d’assurer une prévention efficace des maladies métaboliques, comme les maladies cardiovasculaires, le diabète, l’ostéoporose, la dépression nerveuse, la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson, la sclérose en plaque, l’arthrose…. en utilisant uniquement les compétences cellulaires en matière de maintenance de la santé. Les résultats sont à ce point saisissant que la plupart des maladies ne se déclarent tout simplement pas.

Pour assurer une Activité Biochimique Cellulaire Optimale, nos cellules ont besoin de macro et de micronutriments en quantité suffisante, or, notre alimentation moderne contient trop de macronutriments, et à l’inverse trop peu de micronutriments. Quand on sait que c’est grâce aux micronutriments que les enzymes cellulaires peuvent fonctionner, et métaboliser les macronutriments, on comprend mieux l’impasse biologique dans laquelle nos cellules se trouvent jour après jour, en cas de carence en micronutriments.

L'institut Pierre Delbet étudie l’impact des micronutriments sur l’activité des enzymes métaboliques et sur l’ABCO, et les moyens les plus efficace d’assurer leur transfert de l’alimentation jusqu’aux cellules. En la matière, le rôle du microbiote qui conditionne l’extraction de ces mêmes micronutriments par les intestins et leur passage dans la circulation sanguine pour être acheminés vers les cellules, est essentiel.

v En lire plus ^
Le Microbiote

Nous avons vu que pour assurer l’approvisionnement optimal de nos cellules en micronutriments, notre alimentation doit en contenir suffisamment. Nos intestins doivent également assurer une extraction maximale de ces mêmes micronutriments. Le microbiote, qui assure la gestion intestinale des micronutriments, est à ce titre une des pièces maîtresse du système digestif.

Considéré comme un organe à part entière par les scientifiques, le microbiote est un biofilm de protection recouvrant l'ensemble de notre corps. Les bactéries qui le constituent dégradent les fibres alimentaires, synthétisent les vitamines, produisent des acides gras, interviennent dans le contrôle de la satiété, contrôlent le passage des micronutriments à travers la paroi intestinale, et constitue le premier rempart de notre immunité.

Nous informons nos lecteurs que les termes « Cellulogy », « cellulogie », « Institut Pierre Delbet », « Pierre Delbet Village », « ABCO-OCBA » sont des marques déposées, propriétés de l’Institut Pierre Delbet.